Publicité

Drone autonome - sûreté - crédit : Azur Drone

Le drone autonome de surveillance
dans un dispositif
de sûreté et de sécurité

Grégoire Thomas, directeur général d’Azur Drones, a présenté, lors de Security & Safety Meetings, les spécificités du drone autonome de surveillance.

 La 4e édition de Security & Safety Meetings, le rendez-vous d’affaires des professionnels de la prévention des personnes et des biens, s’est tenue à Cannes du 19 au 21 mars 2019. L’occasion pour Grégoire Thomas, directeur général d’Azur Drones, d’animer un atelier sur les apports du drone autonome dans un dispositif de sûreté et de sécurité.

La société Azur Drones, spécialiste du drone de surveillance, a reçu le 4 février 2019 la première autorisation de la DGAC (Direction générale de l’aviation civile) pour un système de drone totalement automatisé. Déployé automatiquement depuis une station d’accueil, ce drone n’est donc pas dirigé par un télépilote. Il peut voler sur le territoire français au-dessus des sites privés, sous la simple supervision d’un téléopérateur.

La station d’accueil doit être installée sur une surface plane de 15 m², protégée d’un grillage de sécurité et raccordée aux réseaux électrique et IP.

Selon ses missions – levée de doutes, rondes, gestion de crise – le drone se lance automatiquement ou se déclenche sur alerte.

La levée de doutes

Une levée de doutes par drone autonome présente, selon Grégoire Thomas, plusieurs avantages :

  • la rapidité. Sur un site de 300 ha, le drone, qui décolle en 30 secondes, peut être sur la zone critique en 3 minutes maximum. Il est capable d’atteindre une vitesse de 50 km/h ;
  • la mobilité. Le drone …

Ce contenu est accessible sur abonnement. Pour lire la suite :

DECOUVREZ
NOS OFFRES !

ESSAYEZ
GRATUITEMENT !

IDENTIFIEZ
VOUS !

BESOIN DE CONSEILS ?

Nous restons à votre disposition du lundi du vendredi, de 9h à 18h

Par email :

Par téléphone (prix appel local) :

+ 33 (0)2 32 53 64 32

Par |2019-04-02T11:05:53+00:0002/04/2019|Mots-clés : , , , , |