Usine de traitement de pièces pour l’automobile

Date de publication : 01/02/2003  |  René Dosne

La dalle de bâtiment est parcourue d'un réseau de caniveaux relié à un volume de rétention de 50 m3. Illustration René Dosne
Dimanche 15 septembre 2002, un employé, à l'extérieur du bâtiment, aperçoit un début d'incendie durant la phase de mise en chauffe des chaînes de traitement sur un groupe d'aspiration/lavage d'air situé en toiture. Une dizaine d'employés sont évacués. Appelés à 20 h 59, les sapeurs-pompiers découvrent à leur arrivée l'atelier embrasé sur 200 à 300 m2 environ autour du groupe d'aspiration. Deux axes de propagation se dessinent : l'un au niveau des toitures, l'autre, à l'extérieur, au niveau des stocks d'une entreprise voisine. C'est là que les premières actions de protection sont engagées, 8 cuves d'acide étant par ailleurs menacées. L'ensemble des renforts prévus est demandé. Il est 21 h 18.Heureusement, plusieurs sapeurs-pompiers du premier départ sont employés de l'usine. Ils procèdent aux premières mesures de sauvegarde des installations et renseignent utilement leurs collègues sur la dangerosité des produits. Ils seront rapidement relayés par des cadres techniques de l'entrepris...
Contenu réservé

Article paru dans Face au Risque n°390 - février 2003 -

Prix de l'article : 15 €
Pour lire la suite :