Sandoz-bâle : l'après-coup

Date de publication : 01/03/1987  |  Dosne René

Photo R.DOSNE
Photo R.DOSNE
Après le récit heure par heure de l'incendie de Sandoz- Bâle, que nous avons relaté dans le précédent numéro de Face au Risque revenons plus en détail sur les facteurs qui ont conduit cet incendie à prendre les proportions que l'on sait sur les conséquences qu'il a eues, sur les dispositions qui en ont découlé.L'origine de l'incendie est à ce jour encore indéterminée. L'on voit mal ce qui aurait pu provoquer un sinistre de cette ampleur et qui s'cst développé si rapidement. Il est né dans une partie de la halle, affectée exclusivement au stockage, sans machine, appareil ou engin sous tension. La seule présence électrique consistait en une installation d'éclairage conforme et en bon état. En revanche, la thèse de l'incendie criminel n'est toujours pas écartée.L'eau des lancesL'un des premiers points défavorables se situe dans la découverte tardive du feu. Les pompiers de l'usine, bien que puissamment équipés et bien entraînés, ont abordé un incendie déjà trop violent pour être maîtri...
Contenu réservé

Article paru dans Face au Risque n°231 - Mars 1987 - achetez ce numéro

Prix de l'article : 15 €
Pour lire la suite :