Point chaud fatal à la gare de limoges

Date de publication : 01/06/1998  |  Dosne René

Jeudi 5 février 1998, Ie toit de la gare de Limoges est rongé une après-midi entière par un incendie insidieux courant sous sa couverture de cuivre. C'est au moment du martelage à chaud d'une pièce de cuivre, à la base du dôme de la gare, qu'un vraisemblable phénomène de conduction transmet le feu à la double couche de plancher supportant la couverture. Un extincteur a été préparé et entre en action dès que les ouvriers voient la fumée filtrer entre les joints de la toiture. II est trop tard. Le bois sec, l'effet de pente, l'inaccessibilité du feu protégé par la couche de cuivre réclament déjà des gestes et des moyens professionnels. Les ouvriers appellent les secours a 13 h 20 pour « début d'incendie ». Ce sera I 'unique appel.A I' arrivée du fourgon pompe tonne et de l'échelle pivotante, quelques minutes plus tard, la police et Ie personnel de la gare ont déjà commencé l'évacuation du public et Ie dégagement du parvis ou évolueront les engins. Le panache de fumée qui s'échappe au...
Contenu réservé

Article paru dans Face au Risque n°344 - juin 1998 - achetez ce numéro

Prix de l'article : 15 €
Pour lire la suite :