Grandvilliers sous de tristes auspices

Date de publication : 01/09/1985  |  Auteur : René Dosne

Situé en centre ville, l'hôpital-hospice de Grandvilliers abrite 200 lits. Mardi 8 janvier, à minuit vingt, plusieurs témoins lumineux s'allument au tableau synoptique de la salle de veille des infirmières de garde.L'une d'elles, se rendant dans la zone concernée par les appels, découvre une fuite d'eau provenant du faux plafond; elle alerte le responsable du service entretien de l'établissement.Vers 0 h 50, M. Veillard, entrepreneur de chauffage central mais également capitaine des sapeurs-pompiers de la commune, reçoit un coup de téléphone de l'infirmière pour le même motif : elle précise qu'elle ne demande pas les pompiers mais le plombier.Des mortsCinq minutes plus tard, alors qu'il s'apprête à sortir, le téléphone sonne à nouveau: « Venez vite, il y a le feu dans les combles». Il actionne la sirène, se rend au centre de secours voisin, où bientôt le rejoignent d'autres sapeurs-pompiers. A 1 h, le fourgon-pompe-tonne (F.P.T.) pénètre dans la cour intérieure couverte d'un...
Contenu réservé

Article paru dans Face au Risque n°215 - septembre 1985 - achetez ce numéro

Prix de l'article : 15 €
Pour lire la suite :