Grandvilliers, quatre ans après

Date de publication : 01/10/1989  |  Auteur : René Dosne

Photo hôpital local Grandvilliers
Photo hôpital local Grandvilliers
Grandvilliers, petite commune de l'Oise, a connu deux fois, au cours de son existence la fièvre de l'arrivée d'une escorte présidentielle. La première fois, c'était ce triste hiver de 85 (1), François Mitterrand parcourait les ruines enneigées de l'hospice incendié la nuit même, et observait les sapeurs-pompiers transis, alignant les vingt-sept corps des malheureux pensionnaires de l'hospice.La seconde fois, ce fut le 27 janvier 1989, quatre ans après, alors qu'il inaugurait les nouveaux bâtiments érigés sur les lieux mêmes du drame. Mais revenons brièvement à cette nuit du 8 janvier 1985 ... Par - 9° C. peu avant 1 h du matin, alors que la neige tourbillonne en flocons. Un incendie éclate dans les combles de rétablissement où sont endormis quatre-vingt-deux pensionnaires, pour la plupart grabataires ou fortement dépendants. Peu après l'arrivée des secours, l'embrasement généralisé des combles met soudain en péril l'ensemble des occupants qu'il est urgent d'évacuer ... La course con...
Contenu réservé

Article paru dans Face au Risque n°256 - octobre 1989 - achetez ce numéro

Prix de l'article : 15 €
Pour lire la suite :