Aperam, inoxydable !

Date de publication : 28/06/2017  |  Auteur : Martine Porez

Photo Sdis 71
Photo Sdis 71
Le bâtiment incendié le 23 décembre 2012 abritait, en partie, une ligne de décapage d’inox. Il s’agit d’une succession de bacs en polypropylène remplis d’acide dans lesquels passent les bandes continues d’inox. Un peu plus tôt dans la soirée, une intervention de soudage pour rupture de bande avait été effectuée. Sans être courante, cette opération de soudure fait partie du process et est donc bien connue des opérateurs. Elle nécessite l’arrêt de la détection automatique commandant l’installation fixe d’extinction automatique à eau qui protège les bacs. Cependant, elle n’a pas été remise en fonctionnement à la fin de l’intervention.L’installation d’extinction automatique était alors hors service. C’est donc la détection thermique située plus haut dans les gaines d’extraction de vapeur d’acides, qui a donné l’alarme et a provoqué l’intervention des pompiers du site. Ce sont eux qui ont déclenché manuellement l’extinction automatique, mais il était déjà trop tard.Implication à tous les...
Contenu réservé

Article paru dans Face au Risque n°534 - Juillet - Août 2017 - achetez ce numéro

Prix de l'article : 5 €
Pour lire la suite :