Edito 01 septembre 2016

>> Consulter le sommaire du numéro 525

Accroître notre résilience

L’attentat de Nice, ce 14 juillet, met une nouvelle fois l’ensemble de la société française à l’épreuve.En premier lieu, les citoyens à qui on demande d’être résilients. Ils doivent être en capacité de résister aux chocs des événements et de conserver leur attachement aux valeurs démocratiques et républicaines. L’enjeu est de taille ! Encore faut-il créer les conditions nécessaires, à commencer par l’unité de la Nation.

En deuxième lieu, l’État. Il est le garant de la sécurité de tous et c’est vers lui que tout le monde se tourne. Il doit lui aussi gagner en résilience pour prendre les bonnes décisions lorsqu’il est, en période de gestion de crise, sous le feu intense des critiques.Ensuite, les collectivités locales. Elles sont de plus en plus impliquées dans la sécurité publique qui n’est plus l’affaire exclusive de l’État. On constate ainsi une tendance à l’augmentation de l’armement des polices municipales en France.

Enfin, les acteurs de la sécurité publique et privée. Ils doivent avoir nécessairement les moyens techniques et juridiques pour agir de manière appropriée.

L’appel à la réserve opérationnelle par le président de la République illustre bien que la sécurité est l’affaire de tous et que l’État, seul, n’est pas suffisant.C’est aussi la raison pour laquelle on parle beaucoup du modèle de sécurité israélien qui associe fortement l’État et la population.Finalement, accroître notre résilience et faire progresser la sécurité est une question éminemment collective et peut être facteur d’unité, de cohésion et de solidarité. C’est le souhait que l’on peut formuler pour l’avenir en hommage aux victimes de Nice.

far 525 cover

Guillaume Savornin Directeur de la publication

>> Consulter le sommaire des numéros précédents