Edito 01 octobre 2017

>> Consulter le sommaire du numéro 536

Vigilance !

Selon le dernier bilan annuel de la branche accidents du travail-maladies professionnelles (AT-MP) de la Sécurité sociale, nous avons atteint un niveau à la baisse record de la fréquence des accidents du travail : 33,8 en 2016 contre 39,5 en 2004 (nombre d’accidents du travail avec arrêt pour 1 000 salariés). Grâce au développement de politiques de prévention et d’amélioration de la sécurité, les métiers connus comme traditionnellement à risques, comme le BTP, poursuivent l’amélioration engagée depuis plusieurs années. Or, dans le cadre de la réforme engagée du droit de travail par ordonnances, il est prévu de fusionner le CHSCT avec le comité d’entreprise dans une instance intitulée comité social et économique (CSE). Dans de nombreuses entreprises, le CHSCT, obligatoire à partir de 50 salariés, contribue à la prévention des risques professionnels, à l’amélioration des conditions de travail et à la santé physique et mentale des salariés. Il s’agit d’un outil important de consultation mais aussi de contrôle et d’investigation au sein de l’entreprise. Il n’y a pas de développement durable de l’entreprise sans politique affirmée de prise en compte des risques professionnels pour ses salariés. Sans CHSCT, ce sera à l’entreprise d’affirmer plus que jamais l’importance de ces sujets. Et de mettre en place les réponses appropriées au sein de cette nouvelle instance. Avec le risque, dans quelques années peut-être, de voir poindre dans la branche AT-MP une augmentation des accidents du travail.

536

Guillaume Savornin Directeur de la publication

>> Consulter le sommaire des numéros précédents