Edito 01 avril 2017

>> Consulter le sommaire du numéro 532

Hyperhumanisme

Joël de Rosnay, à 80 ans, est un scientifique prospectiviste et optimiste. Dans son dernier ouvrage Je cherche à comprendre les codes cachés de la nature, il met en avant l’émergence d’une intelligence collective augmentée grâce aux réseaux sociaux et aux nouvelles technologies exploités par une « génération mondiale ». Avec lui, c’est le collectif qui prime puisqu’il invoque « l’hyperhumanisme » en opposition au « transhumanisme », concept individuel et narcissique. Invité au Gala de la sécurité organisé par le club Agora Fonctions, Joël de Rosnay évoque, dans le contexte de « génération mondiale », le phénomène de « tweet de disruption massive ». Plusieurs actualités récentes montrent à quel point l’instantanéité de l’information et les « retweets » en cascade peuvent être générateurs de risques. En novembre 2016, la publication d’un faux communiqué de presse annonçant une révision des comptes 2015 du groupe Vinci et le renvoi de son directeur financier, puis son « tweetage » massif, ont conduit à la chute du titre en bourse de près de 20 % en quelques heures, suivie d’une suspension de sa cotation. Dans un autre registre, une polémique planétaire s’est engagée en février dernier après le tweet de Donald Trump concernant un vrai-faux attentat en Suède. À l’heure des crises permanentes et des risques d’attentats, comme l’événement à l’aéroport d’Orly le 18 mars dernier nous le rappelle, il est nécessaire d’utiliser plus que jamais cette intelligence et cette responsabilité collectives pour que, comme le recommande Joël de Rosnay, l’hyperhumanisme prime.

couv 532

Guillaume Savornin Directeur de la publication

>> Consulter le sommaire des numéros précédents