Retour d’expérience sur travaux incendiaires

Date de publication : 01/03/2004  |  Auteur : La rédaction source Barpi

Photo LD
Photo LD
Nous présentons ci-après quelques cas récents d’accidents tirés de la base de données Aria du Barpi et survenus à la suite de travaux par points chauds. Ces événements résultent principalement de l’activité d’usines, ateliers, dépôts, chantiers, élevages... relevant de la législation relative aux installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE).Clermont-Ferrand (63), janvier 2000. En sous-sol d’un bâtiment (1,3 ha) d’une usine de pneumatiques, un stock sur 3 000 m² de gommes synthétiques brutes entre en combustion. Une alarme thermique déclenche le plan de secours interne. Des explosions se produisent durant l’intervention et 9 pompiers sont blessés notamment lors de tentatives de mise en oeuvre du réseau de pulvérisation. La pyrolyse des gommes se poursuit durant 44 h avec une abondante fumée nécessitant l’intervention de 500 pompiers par relais. Un intervenant extérieur disposait d’un permis de feu pour effectuer des travaux au rez-de-chaussée avec un chalumeau...
Contenu réservé

Article paru dans Face au Risque n°401 - mars 2004 - achetez ce numéro

Prix de l'article : 7 €
Pour lire la suite :