Points chauds : haute surveillance requise

Date de publication : 01/03/2004  |  Auteur : Maud Douté

En avril 1996, des travaux effectués sans permis de feu enflamment la couche isolante de polystyrène d’un faux-plafond de l’aéroport de Düsseldorf, en Allemagne, entraînant la mort de 17 personnes et de nombreux blessés. En février 1998, le toit de la gare de Limoges est totalement ravagé par un incendie courant sous la couverture de cuivre du dôme. Lors du martelage à chaud d’une pièce de cuivre à la base du dôme, par un phénomène de conduction thermique, l’incendie se transmet au plancher supportant la couverture. Si l’on analyse les retours d’expérience, de nombreux sinistres ont pour origine des travaux par points chauds.Les travaux par points chauds sont des opérations ponctuelles qui requièrent l’emploi d’une flamme ou d’un arc électrique ou génèrent des hautes températures. Ils concernent principalement des opérations de maintenance, de réparation ou d’installation qui nécessitent la mise en oeuvre de températures élevées (de 1 000 jusqu’à 4 000 °C !). Parmi celles-ci, on cit...
Contenu réservé

Article paru dans Face au Risque n°401 - mars 2004 - achetez ce numéro

Prix de l'article : 7 €
Pour lire la suite :