Dossiers

     Visites en entreprise (1 septembre 2012)

    IL N’EST PAS UNE ENTREPRISE qui ne puisse se passer d’accueillir à tout moment sur son site
    des personnes, qu’elles soient là pour affaires ou parfois pour simple agrément. Le « tourisme
    industriel » n’a cessé de se développer ces dernières années et la maîtrise des risques qui en
    découlent implique plus d’un responsable sécurité. En premier lieu il s’agit d’assurer
    la protection des visiteurs eux-mêmes. Tout le monde a en mémoire l’effondrement de la
    passerelle du Queen Mary fin 2003 à Saint-Nazaire qui fit seize morts. Face à ces risques, de
    nombreux sites ont mis en place une organisation adéquate, et des normes commencent à voir le jour.
    Les responsabilités liées aux visites en entreprise ont des contours assez flous car la réglementation
    n’est pas très précise sur ce point. Une entreprise qui reçoit des visiteurs dans des locaux de travail ne
    dépendra pas du règlement des ERP. Pourtant, en cas d’accident, la responsabilité pénale des
    décideurs sera toujours recherchée à tous les niveaux. Il vaudra mieux alors avoir pris des
    dispositions. Et puis, le visiteur peut être parfois lui-même un risque pour l’entreprise. Quelques
    exemples célèbres d’espionnage industriel, pratiqué par des personnes au-dessus de tout soupçon,
    telles que des stagiaires a priori bien inoffensifs ont poussé nombre de grandes entreprises à encadrer
    au plus près les visites et la présence de personnes extérieures. Essentielle à toute organisation,
    l’ouverture ne doit plus être synonyme de vulnérabilité

  • Visiteurs sous haute protection (1453 mots)

    La sécurité des visiteurs sur un lieu de travail nécessite une organisation et des règles à respecter pour éviter de reproduire les drames du passé

  • Devoirs et responsabilités (2008 mots)

    L’entreprise, notamment du fait de l’essor d’un phénomène pourtant ancien appelé le tourisme d’entreprises, devient de plus en plus un lieu de visite. Quelles sont alors les responsabilités face à la présence de tiers dans ses locaux ?

  • L’accueil de personnes, un atout et un risque (1716 mots)

    La visite d’entreprise, passage obligé de toute entreprise ouverte, reste une piste royale pour l’espionnage industriel. Des parades existent qui passent par une gestion raisonnée de cette activité

  •  Commerces et sécurité (1 juin 2012)

  • Règlement incendie, le type M sur le tapis (3693 mots)

    Un groupe d’acteurs de la sécurité est constitué à la Commission centrale de sécurité pour travailler sur la question des grandes surfaces. Il nous fait part de ses réflexions sur ce type particulier du règlement ERP

  • Vols avec violence, maîtrisons le contre-braquage (1301 mots)

    Doron Levy, consultant en sûreté et expert dans le domaine de l’horlogerie-bijouterie, est auteur d’un ouvrage sur les braquages. Il évoque le profil, les modes opératoires et les motivations des braqueurs qui délaissent de plus en plus banques et convois pour concentrer leurs attaques vers les commerces de proximité

  • La grande distribution reste un bon marché (1741 mots)

    Conséquence de la rationalisation des budgets sécurité, les ventes d’équipements pour les commerces restent pratiquement stationnaires depuis quelques années. Face à l’évolution des menaces, de nouvelles ripostes font jour

  •  Evacuation (1 mai 2012)

    ÉLÉMENT ESSENTIEL DE L’ORGANISATION de la sécurité, la mise en sécurité des personnes par leur évacuation d’un bâtiment en feu par exemple peut paraître un processus facile à mettre en oeuvre et pourtant cela met en jeu des aspects tant techniques qu’humains qui peuvent compliquer la tâche du responsable sécurité. Les débats tenus lors du colloque d’avril dernier ont montré toute cette complexité à travers les témoignages d’experts et les retours d’expérience d’exploitants. Connaître le comportement d’une foule a fait de longue date l’objet de recherches universitaires qui ont pu montrer, à partir d’observation d’événements dramatiques comme ceux de la Love Parade de Duisburg ou des rassemblements de pèlerins à La Mecque, comment on pouvait, à la conception de bâtiments ou d’espaces destinés à accueillir un public dense, prévoir les difficultés et les éviter. Lorsqu’on veut s’assurer que, le moment venu, l’ensemble des occupants d’un bâtiment soit mis en sécurité rapidement et sans stress, il faut mettre en place une organisation de l’évacuation efficace. Cela implique d’avoir préparé l’événement, d’avoir désigné les personnels responsables de l’évacuation (guides, serre-files, etc.), d’avoir formé ceux-ci et exercé l’ensemble des personnes présentes. Et lorsque l’on est en présence de personnes en situation de handicap, on doit aujourd’hui prévoir la possibilité de mettre en oeuvre une évacuation différée, fondée sur la présence d’espaces d’attente sécurisés (EAS) où elles pourront trouver refuge en attendant d’être pris en charge par les équipes de secours.

  • Pour mieux sortir, entrons dans le débat (1430 mots)

    Pour mieux connaître les aspects liés à l’évacuation, qu’ils soient réglementaires, technologiques, juridiques ou organisationnels, rien ne vaut les échanges tels qu’ont pu avoir les participants au colloque qui avait lieu en avril 2012

  • Pas de panique, soyons organisés (1733 mots)

    Face à de nombreux risques, parmi lesquels on compte bien évidemment le risque incendie, la mise en sécurité des personnes doit rester l’objectif principal de l’organisation sécurité, qui intègre la mise en place d’un dispositif d’évacuation

  • EAS, l'itinéraire bis (1477 mots)

    Dans le sillage de la loi « handicap » de 2005, les aménagements réglementaires ont concrétisé les principes de l’évacuation différée, avec la mise en place d’espaces d’attente sécurisés (EAS) destinés à accueillir, en cas d’incendie dans les ERP et les lieux de travail, certaines personnes en situation de handicap.

  • Foule : la recherche suit le mouvement (1501 mots)

    Des études scientifiques récentes sur le comportement des foules permettent de mieux comprendre le déroulé d’une évacuation

  •  Installations temporaires (1 avril 2012)

    QU’ELLES SE TROUVENT SUR LE DOMAINE PUBLIC ou dans le périmètre de
    l’entreprise, les installations provisoires apportent parfois de nouveaux risques ou, tout au
    moins, modifient les mesures et moyens déjà mis en place. Une période à surveiller de
    près. À partir de cas judiciaires connus (Furiani, Queen Mary…), on se pose ici la
    question de la responsabilité en matière de structures mobiles qui peut concerner le
    maître d’ouvrage, le maître d’oeuvre, comme l’exploitant ou organisateur de la
    manifestation. Elle variera bien-sûr selon que le lieu est un ERP ou non. Si l’on considère le domaine
    de la sécurité incendie des constructions provisoires dans les entreprises, les situations sont
    variées, les obligations pas toujours définies, mais la prévention de rigueur, la sécurité des salariés
    comme des visiteurs restant une obligation de résultat pour l’employeur. Cas particulier, les bâtiments
    modulaires de chantier, structures de plus en plus complexes en marge des grandes opérations de
    construction, doivent faire l’objet d’une sécurité incendie de tous les instants. Fabricants de ces
    équipements et maîtres d’oeuvre ne la sous-estiment plus. Nécessités par certaines opérations, les
    échafaudages comportent des risques variés, qu’ils touchent à la sécurité du travail bien sûr,
    chutes de hauteur en tête, mais aussi aux risques d’incendie (quelques exemples parlants) ou même
    de vol, que les responsables sécurité ne peuvent plus ignorer.

  • Qui est responsable en cas d’accident ? (1667 mots)

    À la lumière de quelques affaires judiciaires relatives à des accidents impliquant des structures mobiles ayant défrayé la chronique, on peut tirer des enseignements sur les personnes, morales ou physiques, susceptibles d’être recherchées en responsabilité

  • La sécurité incendie dans le provisoire (1333 mots)

    Construire pour ne pas durer n’exempte pas de prendre en compte le risque incendie, quand bien même la réglementation ne l’aurait pas expressément prévu. Petit panorama non exhaustif des situations que l’on peut trouver en entreprise

  • Bâtiments de chantiers et sécurité incendie (1022 mots)

    Vulnérables à l’incendie, ces structures modulaires empilées sur le bord de chantiers de construction, parfois sur plusieurs étages, sont, comme tous lieux de travail, soumis à des prescriptions réglementaires précises et font l’objet de toutes les attentions, des maîtres d’oeuvre comme des fabricants.

  • Échafaudages, des risques multiples à ne pas sous-estimer (1666 mots)

    Chutes de hauteur, chutes d’objets, conditions climatiques, vol ou incendie, les risques existent, les mesures de prévention et les moyens de protection aussi

  •  Connaître ses risques (1 mars 2012)

  • La cartographie : le nouveau plan de Metro (1364 mots)

    Pour une bonne maîtrise de l’ensemble de ses risques, la cartographie peut être un outil adéquat, s’il est correctement utilisé. Exemple avec la société Metro Cash & Carry France

  • Document unique et risques psychosociaux, quelles responsabilités ? (2119 mots)

    Quelle influence l’évaluation des risques psychosociaux peut-elle avoir sur l’appréciation faite par les juges de la responsabilité de l’employeur ? Éléments de réponses

  • Les limites juridiques du renseignement (1602 mots)

    Une gestion juridique de l’intelligence économique permet de mieux connaître ses risques et de prévenir leur occurrence. Entretien avec Thibault du Manoir de Juaye, avocat à la cour et spécialiste de l’intelligence économique

  •  Gestion des déchets (1 février 2012)

  • Sécurité du travail : les opérateurs en première ligne (2170 mots)

    Les métiers de la collecte et du traitement des déchets sont un secteur extrêmement évolutif, très accidentogène avec des facteurs multiples, qui nécessite une approche technique et sociale spécifique

  • Valoriser les biodéchets d’entreprises, un enjeu sociétal (1516 mots)

    Un des objectifs forts de la loi Grenelle 2 de juillet 2010 a été l’engagement de tri et de valorisation des déchets organiques des gros producteurs que sont les secteurs de la grande distribution et la restauration

  • Incinérer sans brûler (1553 mots)

    Chez Isséane, une usine de valorisation énergétique semi-enterrée en milieu urbain, le risque incendie lié à l’incinération des déchets a été pensé dès la construction du site.

  • Sortie du statut de déchet, quel avenir pour la profession ? (1393 mots)

    En perdant leur statut de déchet pour devenir des matières premières, ces substances valorisées offrent des opportunités aux recycleurs mais leur imposent des contraintes

  •  Gestion de crise (1 janvier 2012)

  • Peut-on anticiper les crises ? (1444 mots)

    Pandémie, nuage islandais, espionnage, révoltes civiles… Existe-t-il un moyen de prévoir les événements et les grandes crises pour mieux les gérer ?

  • La communication à l’épreuve de la crise (1437 mots)

    Les affaires Renault, Valeo, Michelin ou encore celle du ministère de l’Économie ont été très médiatisées. Faut-il rendre public les cas d’espionnage au risque de se décrédibiliser voire de perdre son avantage concurrentiel ? La réponse ne va pas de soi

  • Exercices risques majeurs : faites vos jeux ! (1886 mots)

    Un cinquième des exercices de crise réalisés en France concerne les risques industriels. Un enjeu fort qui permet d’anticiper et de se préparer à des scénarios dignes des films catastrophes

  • À Nantes Métropole, une vision communautaire des risques (1376 mots)

    Depuis dix ans, la communauté urbaine de Nantes met en œuvre la mutualisation des moyens à déployer en cas de crise, concrétisée par la réalisation des plans communaux de sauvegarde de chaque commune et d’un plan d’intervention communautaire

  •  Risque industriel, 2001-2011 (1 décembre 2011)

    IL Y A DIX ANS, L’EXPLOSION de l’usine de fabrication d’engrais de Grande Paroisse dévastait
    Toulouse et ses environs, faisant plus de trente morts. Aujourd’hui encore la reconstitution
    d’AZF fait l’objet de polémiques et ne satisfait pas tout le monde. Au-delà des controverses, il
    faut avancer et ce regard en arrière est l’occasion, à travers l’interview de Laurent Michel,
    DGPR au ministère du Développement durable, de mesurer aussi le chemin parcouru durant
    cette décennie. Dès l’année qui a suivi l’explosion, le renforcement du contrôle des installations
    classées devenait la mesure phare du ministère avec des recrutements d’inspecteurs réguliers. Durant
    ces dix ans la réglementation sur le risque industriel a considérablement évolué : renforcement des
    études de dangers, contrôles des sites à risques, consultations des partenaires sociaux, information
    des populations, nouveau régime assuranciel. Enfin, la maîtrise de l’urbanisation autour des sites à
    risques a fait l’objet de toutes les attentions avec l’avènement des PPRT (plans de prévention des
    risques technologiques), même si leur avancement et les conditions de leur application laissent de
    nombreux insatisfaits.

  • AZF, reconstitution impossible (1121 mots)

    Malgré les années, les enquêtes, les expertises et les procès, on ne sait toujours pas avec précision ce qu’il s’est passé le 21 septembre 2001

  • « La sécurité, un enjeu au quotidien » (1474 mots)

    Le ministère du Développement durable et les Dréal sont sur le front de la prévention des risques industriels depuis la catastrophe AZF. PPRT et installations classées sont leur quotidien. Entretien avec Laurent Michel, directeur général de la prévention des risques au ministère

  • 10 ans de réglementation (1347 mots)

    Que doit le droit de la prévention des risques industriels à AZF ? Cette décennie écoulée est l’occasion de faire le point sur les évolutions réglementaires qui ont pu émaner de cette catastrophe

  • Sites à risque : quelles obligations pour le voisinage ? (1449 mots)

    Les PPRT bouleversent l’urbanisation autour des établissements Seveso et occasionnent bon nombre de contraintes difficiles à gérer pour les communes, les industriels et les riverains

  •  Développement durable (1 novembre 2011)

  • Avec l’ISO 26000, la RSE se concrétise (1634 mots)

    Publiée en novembre 2010, la norme NF ISO 26000 « relative à la responsabilité sociétale » (RSE) a pour objectif, en rendant cette démarche opérationnelle, d’aider l’organisme à crédibiliser sa démarche développement durable

  • La responsabilité sociétale, levier d’action pour l’entreprise (1997 mots)

    Pour ISS Francelet Geodis, la responsabilité sociétale d’entreprise est un engagement fort qui impacte tout autant la réussite économique de l’entreprise que le bien-être au travail, la société civile et l’environnement

  • Quand la pollution prend l’air (949 mots)

    Les rejets atmosphériques font l’objet de nombreuses réglementations et sont devenus, au fil des ans, une problématique majeure pour les industriels et les collectivités territoriales

  •  Extinction incendie (1 octobre 2011)

    LORSQU’ON S’INTÉRESSE aux statistiques concernant les sprinkleurs et à leur aptitude
    à protéger personnes et biens dans un bâtiment, on a du mal à trouver des chiffres
    vraiment représentatifs de la réalité. Pour autant, l’essentiel du retour d’expérience fondé
    sur les analyses de déclenchements ou sur l’accidentologie ne laisse aucun doute sur leur
    fiabilité et efficacité. Pas étonnant donc que depuis déjà plusieurs années, cette technologie
    soit de plus en plus reconnue par le règlement ERP comme une solution efficace permettant
    d’atteindre les objectifs de sécurité voulus dans ces établissements. Ainsi des articles font
    explicitement référence aux possibilités de dérogations qu’apportent les systèmes sprinkleurs par
    rapport aux obligations du règlement, notamment pour des établissements de type M (magasins de
    vente et centres commerciaux), T (salles d’exposition), GA (gares) ou PS (parcs de stationnement).
    Les immeubles de grande hauteur (IGH) sont concernés eux aussi. Dans un autre domaine, les
    additifs pour extincteurs, des évolutions voient le jour. La décision des principaux fabricants de
    cesser toute production d’émulseurs à base d’acide de perfluorooctane (PFOA) implique tout à la fois
    les fabricants d’extincteurs, les installateurs et mainteneurs, comme les utilisateurs. Avec, en corollaire,
    une adaptation nécessaire de la certification de ces matériels.

  • Sprinkleurs fiables et efficaces (1435 mots)

    Bien que peu de statistiques existent concernant l’efficacité des sprinkleurs, tous les retours d’expérience confirment leur aptitude à maîtriser les départs de feu, économisant des pertes considérables en termes humains et économiques

  • L’extinction automatique à eau consacrée par le réglement (953 mots)

    Au fil des mises à jour du règlement de sécurité, la part occupée par les systèmes d’extinction automatique à eau de type sprinkleur n’a cessé de croître. Le Lieutenant colonel Philippe Andurand, chargé de mission au Bureau de la réglementation incendie et des risques courants, revient avec nous sur ces changements

  • Sprinkleurs et dérogations en ERP (2716 mots)

    L’installation d’un système sprinkleurs peut entraîner une cascade de dérogations, sources d’économie et de souplesse de fonctionnement

  • Pour des émulseurs plus durables (682 mots)

    L’actualité concernant les émulseurs contenus dans les appareils d’extinction mobiles, connaît une évolution significative qui impacte l’ensemble de la filière, des fabricants aux utilisateurs en passant par les mainteneurs

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 ... 27