Verre contre malveillance, une transparence qui résiste

Date de publication : 01/10/2003  |  Auteur : Thierry Delaume

Photo CNPP
Photo CNPP
Qu'ils soient destinés à contrer des attaques manuelles ou par armes à feu, les vitrages contre la malveillance utilisés dans le bâtiment font l'objet de classifications à l'aide d'essais normalisés. Les vitrages retardateurs d'effraction. Malgré la faible résistance intrinsèque du verre utilisé seul, les vitrages feuilletés permettent d'obtenir des caractéristiques anti-vandalisme ou de retard à l'effraction significatives.La norme européenne NF EN 356 « Verre dans la construction - vitrage de sécurité - mise à l'essai et classification de la résistance aux attaques manuelles » spécifie les prescriptions et méthodes d'essais relatives aux vitrages de sécurité conçus pour résister aux attaques en retardant l'accès des objets et/ou des personnes à un espace protégé. Si les classes 1 à 3 doivent être réservées à des usages destinés à la prévention du vandalisme, les classes 4 à 8 peuvent être utilisées efficacement pour le retard à l'effraction.Bien sûr, le choix précis dépend du type...
Contenu réservé

Article paru dans Face au Risque n°396 - octobre 2003 - achetez ce numéro

Prix de l'article : 7 €
Pour lire la suite :