Pyrotechnie : une évaluation des risques

Date de publication : 01/11/2006  |  L. Aufauvre, G. Marlair, C. Michot Ineris

Depuis une dizaine d’années, la pyrotechnie tend à se démocratiser, comme en témoigne le développement du marché des artifices de divertissement pour le grand public en France. Elle touche de même l’ensemble de la population dans des applications comme les équipements de sécurité des véhicules automobiles de type airbags ou prétensionneurs de ceinture de sécurité. En effet, ces équipements mettent en oeuvre des matériaux énergétiques adaptés au temps de réaction, extrêmement court, nécessaire à leur bon fonctionnement.Des accidents plus ou moins graves mais nombreux et récurrentsLes artifices de divertissement vont des plus petits, avec des effets limités, aux plus imposants comme ceux à l’usage exclusif des professionnels (voir tableau) : bombes à effet de grande ampleur des feux d’artifices par exemple (en France le diamètre de ces bombes est limité à 300 mm, mais il peut dépasser 1 m en Asie…). Dans le monde, ils sont à l’origine d’accidents plus ou moins graves, mais nombreux et...
Contenu réservé

Article paru dans Face au Risque n°427 - novembre 2006 - achetez ce numéro

Prix de l'article : 7 €
Pour lire la suite :