La panique aux rayons x

Date de publication : 01/02/1992  |  Auteur : Assurance et Progrès pour le compte de la Direction de la sécurité civile

Quand on évoque les sinistres les plus célèbres de l'Histoire, on s'aperçoit vite que l'imaginaire collectif retient en premier lieu la panique qui s'empare des victimes comme l'élément le plus frappant, qu'il s'agisse du naufrage du « Titanic» ou, plus près de nous, l'émeute du stade du Heysel. Des événements rares, heureusement.Beaucoup plus fréquents, en revanche, sont les incendies en milieu urbain, où la panique, même si elle touche un nombre infiniment moindre de victimes, se révèle souvent un facteur aggravant du sinistre: l'incendie du Bazar de la Charité, datant de près d'un siècle, reste très présent dans la mémoire collective, tout comme celui de la discothèque «5-7» de Saint-Laurent-du-Pont, en 1970.On définira sommairement la « panique » comme une perte totale du contrôle de soi devant une situation brusque, inattendue et dangereuse. Même averti de la - conduite à tenir en cas d'incendie, même familier des lieux où celui-ci éclate, l' individu pris de panique perd tous...
Contenu réservé

Article paru dans Face au Risque n°280 - février 1992 - achetez ce numéro

Prix de l'article : 7 €
Pour lire la suite :