Le sprinkleur dans le résidentiel collectif

Date de publication : 07/03/2017  |  Auteur : Ève Mennesson

Photo DR
Photo DR
En décembre 2001, un incendie dans une maison de retraite à Marseille fait six morts. Un drame qui posait la question de la difficulté d’évacuation des occupants notamment pour des problèmes d’autonomie. Et si, dans le cas d’évacuations difficiles, le sprinkleur résidentiel était la solution ?Protéger les personnesTrès répandu aux États-Unis, le sprinkleur résidentiel se branche directement sur le réseau d’eau courante et ne nécessite donc pas de réserve d’eau dédiée comme le sprinkleur industriel. Sa densité plus basse permet en effet d’utiliser moins d’eau. Destiné à contenir les feux dans les constructions d’habitation (maisons individuelles, petits bâtiments collectifs, maisons de retraite, hôtels, etc.), il faciliterait l’évacuation ou le confinement des occupants le temps de l’arrivée des secours. « L’intention est de protéger les personnes en attaquant le feu, en diminuant les températures et en freinant l’évolution de l’incendie pour que les gens puissent évacuer », décrit A...
Contenu réservé

Article paru dans Face au Risque n°531 - Mars 2017 - achetez ce numéro

Prix de l'article : 10 €
Pour lire la suite :