Urgence climatique

Date de publication : 20/09/2017  |  Auteur : D.K

Photo Satoshi Kina/Fotolia.com
Photo Satoshi Kina/Fotolia.com

C’est, dit-on, en cherchant la fontaine de jouvence que l’espagnol Juan Ponce de León « découvre » la Floride en 1513. C’est un lieu très fleuri (d’où son nom), marécageux et habité par deux peuples, les Tequesta et les Calusa, qui ont entièrement été décimés depuis. En cinq siècles, les terres et les côtes ont été domestiquées, bétonnées et asséchées et accueillent aujourd’hui 20,6 M d’habitants. Le 9 septembre 2017, 6,5 M d’entre eux étaient appelés à évacuer ou à se réfugier dans des abris alors que le cyclone Irma était annoncé sur les côtes. Au vu du nombre de personnes potentiellement concernées et de la violence du cyclone, il faut se féliciter, après son passage, du faible nombre de victimes. Katrina, il y a dix ans, en avait fait près de 1 800 en Louisiane. Cette fois-ci, les dégâts, en Floride comme dans les collectivités françaises d’outre-mer, sont essentiellement matériels. Ce constat cache pourtant des réalités bien différentes au niveau local. Ainsi, Saint-Barthélemy, distante d’une trentaine de kilomètres de Saint-Martin, semble se remettre plus facilement du cyclone. Les différences de richesses entre les deux îles ont été mises en évidence. Harvey, Irma, José, Maria, les ouragans se succèdent à un rythme soutenu. Et leur violence est décuplée, constatent les météorologistes. Avec des vents supérieurs à 300 km/h, aucune construction ne peut résister, précisent les spécialistes du bâtiment. Le réchauffement climatique est pointé du doigt à la fois pour la fréquence et l’intensité de ces épisodes. Il y a maintenant unanimité pour attribuer la hausse des températures à l’activité humaine. L’exploitation des combustibles fossiles en est l’une des principales causes. Les solutions tardent à émerger et sont souvent contestées. Ainsi par exemple, plutôt que de produire des véhicules plus propres, des constructeurs ont produit des véhicules capables de faire croire qu’ils l’étaient. Et les voitures électriques, dont on ignore le coût environnemental global, peinent à émerger. Si notre planète vieillit à force d’être usée, il n’est pas trop tard pour découvrir la fontaine de jouvence qui ralentira nos impacts sur elle.