Santé au travail : reconnaissance des troubles psychosociaux

Date de publication : 15/02/2018  

Plus de 10 000 affections psychiques (dépression, troubles anxieux, stress posttraumatique…) ont été reconnues en 2016 au titre des accidents du travail. Soit 1,6 % des 620 000 accidents avec arrêt recensés, contre 1 % en 2011. C’est ce qui ressort du rapport « Santé travail : enjeux et actions » publié le 16 janvier 2018 par l’Assurance maladie – Risques professionnels. 3 500 cas ont également été reconnus comme accidents de trajet (4 % du total en 2016) et 596 au titre des maladies professionnelles en 2016, sept fois plus qu’il y a 5 ans. Le rapport pointe deux types d’événements déclencheurs : l’événement particulier exogène mais lié au travail (agression, menace, braquage…) et des conditions de travail intrinsèquement difficiles. Les victimes sont majoritairement des femmes, employées dans le secteur médico-social, les transports et le commerce de détail. L’Assemblée nationale a rejeté, le 1er février 2018, une proposition de loi sur le burn-out visant à faire reconnaître comme maladies professionnelles les pathologies psychiques résultant de l’épuisement professionnel.