Nathalie Kosciusko-Morizet se lance dans la cybersécurité

Date de publication : 07/02/2018  |  M.P.

Nathalie Kosciusko-Morizet Crédit : Arnaud Perrin/Wikimedia Commons
Nathalie Kosciusko-Morizet Crédit : Arnaud Perrin/Wikimedia Commons

L’ex-ministre du Développement durable de Nicolas Sarkozy quitte la politique et rejoint Capgemini, entreprise française spécialisée dans le numérique. 

Après son échec aux législatives de juin 2017, Nathalie Kosciusko-Morizet avait annoncé qu’elle quitterait la politique. Voilà qui est fait puisqu’elle va intégrer dans le courant de février 2018 l’équipe newyorkaise de Capgemini pour s’occuper de cybersécurité.

« Elle va diriger l’activité Projet et Consulting de la division Cloud Infrastructure et Cybersécurité du groupe aux États-Unis », a précisé la direction de l’entreprise de conseil.

On se souvient que NKM avait été secrétaire d’État chargée de la prospective et du développement de l’économie numérique en 2009-2010 dans le gouvernement Fillon. « Nathalie Kosciusko-Morizet est une spécialiste reconnue de l'économie numérique, et renoue, en prenant ces fonctions, avec sa formation d'ingénieur », poursuit l’entreprise. L’ancienne ministre est en effet diplômée de Polytechnique.

Le groupe Capgemini

Capgemini vient de fêter ses 50 ans. Fondée par Serge Kampf en 1967 à Grenoble sous le nom de Sogeti, la société d’informatique se développe rapidement avec l’acquisition de deux sociétés de services informatiques, CAP et Gemini Computer Systems. À la fin des années 1980, elle s’étend sur le marché européen puis américain. Le groupe développe ensuite ses activités en Europe avec de nombreuses acquisitions puis pénètre le marché indien. Il compte aujourd’hui 190 000 collaborateurs et est présent dans plus de 40 pays.