En France les accidents du travail diminuent, en Île-de-France aussi

Date de publication : 12/01/2018  |  David Kapp

 Les accidents de trajet restent la principale cause de mortalité (c) Ben Ostrowsky via Flickr licence CC
Les accidents de trajet restent la principale cause de mortalité (c) Ben Ostrowsky via Flickr licence CC

C'est ce qui ressort de l'étude annuelle publiée par la Cramif. Le 21 décembre 2017, la Caisse régionale d'assurance maladie parisienne a livré les chiffres 2016 sur la sinistralité en entreprise en Île-de-France.

Côté chiffres de la sinistralité au travail, l'Île-de-France semble épouser la tendance nationale où les chiffres des accidents et maladies professionnelles n'ont jamais été aussi bas.

Au niveau national, les accidents du travail se stabilisent à 33,8 pour 1 000 salariés.

Au niveau local, l'indice de fréquence (IF) moyen est de 23 accidents du travail pour 1 000 salariés (23,6 en 2015)

Sur les huit départements de la région parisienne, la caisse a eu connaissance en 2016 de 109 015 accidents du travail ayant entraîné un arrêt de travail ou une incapacité permanente (-0,6 % par rapport à 2015).

25 852 accidents de trajet ont également été recensés et 6 601 maladies professionnelles.

Pour les entreprises, la facture s'élève 710 millions d’euros imputés aux entreprises.

Le nombre d'accidents par heure travaillée reste très faible :

16 accidents par million d’heures travaillées.

En revanche les journées perdues à cause des arrêts de travail consécutifs aux accidents restent élevés :

8 016 342 de journées de travail perdues par incapacité temporaire, soit 39 104 équivalents temps plein (1 temps plein est égal à 205 jours travaillés)

Les décès restent en baisse :

94 décès (évolution -9,6 % par rapport à 2015)

Les accidents de trajet, qui sont repartis à la hausse en France en 2017, étaient plutôt à la baisse en 2016 en Île-de-France :

- 25 852 accidents de trajet ayant entraîné un arrêt de travail ou une incapacité permanente (25 969 en 2015);

- 202 millions d’euros imputés aux entreprises;

- 1 722 462 journées de travail perdues par incapacité temporaire, soit 8 402 équivalents temps plein (évolution 2,2 % par rapport à 2015).

S'il n'y a pas d'évolution des décès liés aux accidents de trajet (48 en 2015 et 2016), ils restent la principale cause de mortalité.

Les maladies professionnelles sont aussi à la baisse :

- 6 601 maladies ont entraîné un arrêt de travail ou une incapacité permanente (6 969 en 2015);

- 344 millions d’euros imputés aux entreprises (évolution 0,9 % par rapport à 2015);

- 1 527 196 journées de travail perdues par incapacité temporaire, soit 39 104 équivalents temps plein;

- Enfin, 56 décès ont été imputés aux maladies professionnelles (55 en 2015).