Alerte attentat : fin de l'application SAIP

Date de publication : 07/06/2018  |  G.C.

Source : interieur.gouv.fr
Source : interieur.gouv.fr

Depuis le 1er juin 2018, l'application mobile SAIP (Système d'alerte et d'information des populations), censée prévenir les populations en cas d'attentat, n'est plus opérationnelle. Le Gouvernement va désormais communiquer via les réseaux sociaux.

Les messages d’alerte et de prévention du ministère seront diffusés de façon prioritaire sur Twitter, Facebook et Google mais aussi certains canaux de communication de la RATP, Vinci Autoroutes, Radio France et France Télévisions, a ainsi annoncé, fin mai 2018, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb dans un communiqué.

Lancée en juin 2016 avant l’Euro de football qui avait lieu en France, l’ application SAIP n’a pas été efficace. Victime de dysfonctionnements, elle a envoyé avec près de deux heures de retard l’alerte lors de l’ attaque au camion à Nice le 14 juillet 2016. Lors de la prise d’otages à Trèbes le 23 mars 2018, aucune alerte n’a été émise.

Sur le plan pratique, seules les personnes qui l’avaient téléchargée pouvaient bénéficier des messages d’alerte. À l’été 2017, 900 000 personnes étaient dotées de l’application, alors que le seuil d’efficacité était estimé à 5 millions d’utilisateurs…

Un compte Twitter dédié

Le Gouvernement mise désormais sur des outils plus efficaces et plus répandus. Concrètement, il a créé un compte Twitter, @Beauvau_Alerte, dédié à l’alerte. Il ne sera utilisé qu'en cas d'événement représentant un péril pour la population. Le Gouvernement invite les utilisateurs de Twitter à s’abonner au compte et à activer les notifications pour être alerté même s’ils ne sont pas connectés au moment de l’alerte.

 

Le Gouvernement va également s'appuyer sur Facebook et Google

Pour alerter la population en cas d’attentat ou d'événement exceptionnel, l'État a également établi un partenariat avec Facebook. Il pourra désormais communiquer via l’outil Safety Check, application qui se déclenche lorsqu’un événement met en danger la population et permet aux utilisateurs de Facebook d’indiquer à leurs proches qu’ils se trouvent en sécurité. C’est la première fois en Europe que Facebook permet aux pouvoirs publics d’utiliser cet outil pour communiquer.

De son côté, en cas d’événement de sécurité important, Google fera remonter prioritairement les messages du ministère de l’Intérieur pour les utilisateurs effectuant des recherches dans la zone impactée ou lorsque les mots clés tapés par un utilisateur seront en rapport avec l'événement en cours.

Enfin, les messages du ministère seront relayés par la RATP, Vinci autoroutes, France Télévisions et Radio France via leurs applications, réseaux sociaux ou panneaux d’information.

>>> Pour en savoir plus, lire " La gestion des crise à l'heure des réseaux sociaux"