26 juin 1988 : crash d'un Airbus A320 lors d'un vol de démonstration

Date de publication : 21/06/2018  |  M.P.

Le 26 juin 1988, un crash en plein meeting aérien fait trois morts. Tente-six personnes sont hospitalisées.

La manifestation aérienne organisée par l’aéroclub de Mulhouse-Habsheim a prévu dans son programme le vol de démonstration d’un Airbus A320 d’Air France. Il s’agit de présenter cette nouvelle génération d’appareil.

Il est 12 h 45 lorsque l’avion, en provenance et à destination de l’aéroport de Bale-Mulhouse, arrive au-dessus de l’aérodrome à très basse altitude et à faible vitesse. Il transporte 120 passagers, dont des journalistes et des personnes faisant un baptême de l’air, et 6 membres d’équipage.

Le pilote maintient le nez de l’avion très cabré. Mais au moment de remettre les gaz, l’ordinateur de bord, craignant un décrochage, redresse l’avion, ce qui lui fait perdre de l’altitude. L’arrière du fuselage accroche alors la cime des arbres situés en bout de piste, s’enfonce dans la forêt et s’écrase.

Les spectateurs voient alors un énorme panache de fumée sortir de la forêt. L’évacuation est aussitôt entreprise, affirme le rapport final d’enquête en date du 24 avril 1990.

Le crash fait trois morts

Trois passagers trouvent la mort dans ce crash, une femme et deux enfants dont un handicapé. Ils seraient restés coincés dans la carcasse de l’avion et auraient été asphyxiés par les fumées de l’incendie. Trente-six personnes sont hospitalisées. L’avion est totalement détruit ainsi que deux hectares de forêt.

Les conclusions de l’enquête affirmant que l’appareil était en état de naviguer, le commandant de bord, Michel Asseline, le copilote et le président de l’aéroclub sont accusés d’homicides et blessures involontaires et reconnus responsables. Le pilote est condamné à 10 mois de prison ferme, les deux autres à de la prison avec sursis.

>>> Pour en savoir plus, lire le rapport d'enquête du Bureau d'enquêtes et d'analyses pour la sécurité de l'aviation civile.

Les manifestations aériennes désormais réglementées

La réglementation française relative aux manifestations aériennes dépend désormais de l’ arrêté interministériel du 4 avril 1996. Il a fait l’objet de plusieurs modifications dont la dernière date du 29 juillet 2015.

Compte tenu de la proximité des avions par rapport au public et des configurations de vol souvent inhabituelles, la sécurité repose sur une parfaite organisation et sur la compétence irréprochable d’équipages entraînés et expérimentés. Le survol du public et des zones de stationnement automobile accessibles au public durant les évolutions sont interdits. La distance avec le public est définie en fonction de la vitesse de passage de l’appareil.

En 2011, un accident lors d’un meeting à Reno dans le Nevada (États-Unis) a fait 9 morts. L’avion, un chasseur P-51 Mustang de la Seconde guerre mondiale, était piloté par un vétéran de 74 ans…